Couches : la vigilance s’impose

L’Anses alerte sur la présence de substances dangereuses dans les couches à usage unique. Son rapport publié le 23 janvier révèle « la présence de différentes substances chimiques dangereuses dans les couches jetables, qui peuvent notamment migrer dans l’urine et entrer en contact prolongé avec la peau des bébés ».

Une soixantaine de substances ont été retrouvées, y compris dans les couches « écologiques » : composés organiques volatils (benzènes…), pesticides (dont certains interdits en France depuis plus de quinze ans), formaldéhyde, dioxines, glyphosate, hydrocarbures aromatiques polycycliques… Elles proviennent soit d’une contamination des matériaux soit de la fabrication du produit. Des substances parfumantes ajoutées par les industriels sont aussi incriminées. Certains de ces agents ont des effets allergisants, cancérogènes, mutagènes ou reprotoxiques ou sont considérés comme des perturbateurs endocriniens.

Les parents privilégient les couches utilisées dans les maternités : les professionnels de santé de ces services doivent donc être particulièrement vigilants.

Jusqu’à ses trois ans, un bébé porte en moyenne 4 000 couches jetables.

image_printImprimer l'article