Produits pharmaceutiques et environnement : approche stratégique de la Commission européenne

La Commission européenne a publié, en mars 2019, son Approche stratégique des produits pharmaceutiques (à usage humain et vétérinaire) dans l’environnement. Cette communication très attendue vise également à faire face aux menaces liées au développement de la résistance aux antimicrobiens (AMR), identifiée comme l’une des principales causes de décès d’ici 2050, dans le rapport sur la perspective de l’environnement mondial publié récemment par l’ONU.

Six domaines d’actions couvrant toutes les étapes du cycle de vie des produits pharmaceutiques sont identifiés. Ils incluent des actions de sensibilisation et d’utilisation, avec notamment l’amélioration de la formation et de l’évaluation des risques, la collecte de données de surveillance, l’incitation à l’éco-conception, la réduction des émissions provenant de la production, la réduction des déchets, ainsi que l’amélioration du traitement des eaux usées.

Il a été démontré que les produits pharmaceutiques jetés dans l’environnement présentent un risque pour les poissons ou d’autres espèces sauvages, notamment en altérant leur capacité de reproduction, en modifiant leur comportement de manière à compromettre leur survie ou en provoquant des effets toxiques directs.  

Les associations militantes comme Health Care Without Harm jugent l’approche de la Commission incomplète et plaident pour une législation plus stricte en matière de résidus médicamenteux dans l’environnement. « Au regard de l’engagement de l’UE vis-à-vis de l’objectif de développement durable n° 6 des Nations Unies, qui vise à garantir la disponibilité et la gestion durable de l’eau et de l’assainissement pour tous, il est regrettable que l’approche stratégique ne contienne pas de propositions concrètes pour fixer des limites de concentration juridiquement contraignantes et des normes pour les résidus de substances pharmaceutiques dans l’eau. L’approche stratégique constitue certes un pas en avant après des années de retard, mais elle doit être développée dans le cadre d’un cadre législatif plus vaste et plus complet, qui s’attaque de manière globale à la pollution par les produits pharmaceutiques, tout au long de leur cycle de vie. »

image_printImprimer l'article

Laissez un commentaire