Qu’est-ce qu’un exposome ?

La présence de perturbateurs endocriniens dans les structures hospitalières : entre info et intox, désintérêt et manque de temps, Laurence Fontenelle – responsable qualité, gestion des risques et développement durable au CH Paul Coste Floret de Lamalou-les-Bains (34) – a tout entendu sur le sujet.

Elle a donc organisé une journée marathon, accompagnée de deux experts de l’agence Primum Non Nocere®, pour porter la juste parole. « Nous avions opté pour un format d’intervention percutant : 20 minutes maximum, pour aller à l’essentiel. Les perturbateurs endocriniens… Qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce que ce n’est pas ? Y en a-t-il partout ? Pavillon par pavillon, nous sommes passés dans tous les services : administratifs, techniques, restauration, services de soins, rééducation… Certains agents avaient des connaissances, mais la majorité d’entre eux a découvert cette notion d’exposome, d’effet cocktail. Les retours ont été très positifs. Au fond, nous avons simplement invité les agents à réfléchir, au cœur de leurs pratiques professionnelles, au lien entre santé et environnement. »

image_printImprimer l'article