Améliorer la qualité sanitaire de l’environnement extérieur des établissements

Interview de Jean Jaouen, Directeur de la santé publique, Agence régionale de santé (ARS) Nouvelle-Aquitaine

L’ARS Nouvelle-Aquitaine vient de publier le livret intitulé « Amélioration de la qualité sanitaire de l’environnement extérieur des établissements sanitaires et médico-sociaux, témoignages en Nouvelle-Aquitaine », quel est le but de ce projet ?

L’ARS Nouvelle-Aquitaine a pour mission primaire d’organiser l’offre de soins et d’élaborer et animer la politique de santé publique dans la nouvelle région. La santé environnementale, dimension à part entière de la santé publique, est également une compétence de l’ARS et notre projet « Amélioration de la qualité sanitaire de l’environnement extérieur des établissements sanitaires et médico-sociaux ! », mené en collaboration avec le C2DS, s’inscrit dans la déclinaison territoriale du dernier Plan national santé environnement (PNSE3), qui prévoit l’impulsion de démarches positives de promotion de la santé dans les établissements et hors les murs. Concrètement, nous partons du principe qu’un établissement de santé est un établissement qui délivre du soin mais est également un établissement ressource au bénéfice de l’ensemble de son bassin de population pour toutes les questions de santé publique. À ce titre, il se doit d’être exemplaire dans la mise en œuvre des principes de développement durable dans le cadre de son activité. Ce livret est destiné à améliorer la qualité sanitaire de l’environnement extérieur des établissements sanitaires et médico-sociaux pour contribuer à préserver la santé de la population et nous comptons beaucoup sur la pédagogie de l’exemple pour y parvenir. Plusieurs établissements de la région Nouvelle-Aquitaine ont apporté leur contribution à cet ouvrage avec des exemples novateurs. Toutes les actions décrites sont reproductibles.

Comment se décline ce projet sur le terrain pour les établissements sanitaires et médico-sociaux ?

Nous avons retenu quatre types d’actions dont les trois premières répondent de manière très concrète à des problèmes de santé publique : la suppression de l’usage de produits phytosanitaires, qui s’inscrit dans nos actions de lutte contre l’exposition des populations aux perturbateurs endocriniens. Nous souhaitons ensuite inciter les établissements à renoncer aux végétaux émetteurs de pollens allergisants en les remplaçant progressivement et à lutter contre les gîtes larvaires de moustiques sur site. La prolifération des maladies à transmission vectorielle dans notre région demande de prendre des mesures rapides pour stopper la prolifération des moustiques tigres par exemple. Enfin, nous souhaitons faire la promotion des bienfaits pour les patients des jardins thérapeutiques et informer de manière plus large sur l’importance pour la santé d’une bonne qualité de l’air extérieur. Ces actions sont proposées et non imposées mais nous comptons sur le dynamisme des établissements de notre région pour se les approprier.

A télécharger : brochure « Amélioration de la qualité sanitaire de l’environnement extérieur des établissements sanitaires et médico-sociaux. Témoignages en Nouvelle-Aquitaine » (décembre 2016)