Une BD sur les nanos pour pousser à l’action

visuel de la BD sur les nanoparticules

Le C2DS, aux côtés de cinq autres ONG*, s’engage sur le dossier nanoparticules.

Un documentaire dessiné sur les nanoparticules intitulé « NANO », réalisé par Géraldine Grammon et co-financé par le C2DS, a officiellement été présenté le 23 octobre dernier, lors des États généraux de l’alimentation. Les nanoparticules ont été évoquées dans le cadre du volet « sécurité sanitaire de l’alimentation française » dont l’un des buts est de diminuer « les contaminations chimiques ».

Visualiser la BD

Points de vue évoqués lors des États généraux de l’alimentation

Les 5 ONG* profitent de cette trop rare attention portée au dossier nano pour rappeler l’urgence à agir, au vu des soupçons qui pèsent sur les risques que peuvent entraîner ces nanoparticules pour la santé (les nanoparticules de dioxyde de titane du colorant E171 peuvent entraîner des lésions précancéreuses chez le rat [1] !).

En premier lieu, les ONG pressent le gouvernement de faire enfin respecter la loi sur l’étiquetage [nano] : dans les rayonnages, quasiment aucun produit alimentaire ne porte la mention [nano], alors que la présence de nanoparticules a été établie dans la totalité des produits testés par des associations [2]. Nous attendons avec impatience la présentation des résultats des contrôles effectués par la répression des fraudes (DGCCRF), annoncés depuis presque un an maintenant !

Les ONG rappellent également leur demande d’interdiction des nanoparticules de dioxyde de titane dans l’alimentation (E171) [3], en attendant les résultats des travaux de l’ANSES (annoncés pour fin 2018 au plus tôt !) et la mise en place d’une procédure d’autorisation de mise sur le marché des nanomatériaux. Douze marques ou distributeurs se sont engagés ces douze derniers mois à retirer cet additif de leurs produits [4], preuve qu’il est possible de s’en passer !

Elles réitèrent enfin le besoin de traçabilité, qui nécessite d’améliorer le registre français « R-nano » [5], afin d’identifier les produits qui contiennent des nanos – mission très difficile aujourd’hui !

*Associations signataires : Agir pour l’Environnement, Avicenn, le Comité pour le développement durable en santé, France nature environnement et Générations Futures.

Notes et références :

Les nanoparticules, particules extrêmement réactives et petites (10 000 fois plus petites qu’un grain de sel) sont déjà largement répandues dans notre alimentation, notamment dans les additifs suivants : – le dioxyde de silice (SiO2, E551), dans le sel, le café, les épices, soupes instantanées… pour empêcher les grumeaux ; – le dioxyde de titane (TiO2, E171), pour colorer ou rendre plus brillants confiseries, pâtisseries et chocolats ; – l’argent (le E174), l’or (le E 175), l’oxyde de fer (E172) colorants pour pâtisseries et chocolats (entre autres).

[1] Cf. Nano et Alimentation (4/7) : Risques pour la santé : inquiétudes et incertitudes

[2] Les six produits testés par Agir pour l’Environnement en 2016 et les 18 produits testés par 60 millions de consommateurs en 2017 contenaient tous des nanoparticules… mais pas la mention [nano] pourtant obligatoire dans ce cas !

[3] Cf. Lettre ouverte au gouvernement, 12 juillet 2017

[4] Voir la liste des produits concernés ici

[5] Cf. Le registre R-Nano – La déclaration annuelle des “substances à l’état nanoparticulaire” en France, obligatoire depuis 2013