Sondage Odoxa sur les médecines alternatives et complémentaires (MAC) et l’homéopathie

Le Baromètre santé Odoxa 360, publié le 31 janvier 2019, portait sur un échantillon de 995 français représentatifs de la population et 515 professionnels de santé : 290 médecins (76 généralistes, 166 spécialistes, 48 internes), 148 infirmier(e)s, 26 aides-soignant(e)s et 41 pharmacien(ne)s).

Si neuf français sur dix disent faire confiance à la science et à la médecine, plus de deux français sur trois sont convaincus des bienfaits des médecines dites alternatives et complémentaires (MAC), et trois sur quatre de ceux de l’homéopathie. Près de trois français sur dix déclarent d’ailleurs avoir déjà refusé un traitement prescrit par leur médecin au profit d’un traitement par une MAC ou l’homéopathie. Les 2/3 des médecins reconnaissent n’avoir jamais suivi de formation sur ces sujets.

Concernant les MAC (hors homéopathie), un français sur trois y a recours. 56 % des médecins sont convaincus de leurs bienfaits, et plus des 2/3 de l’ensemble des médecins les ont déjà recommandées à leurs patients. Les français sont attirés par le côté « bio » des MAC, considérées comme sans danger : neuf sondés sur dix pensent qu’elles sont plus naturelles, sans affirmer pour autant qu’elles sont plus efficaces que la médecine traditionnelle.

Concernant l’homéopathie, un français sur deux y a recours alors que deux médecins sur trois n’y croient pas. Un médecin sur quatre seulement a déjà recommandé de l’homéopathie, et dans 41 % des cas pour son effet placebo. Les médecins pensent qu’un 1/4 de leurs patients seulement y ont recours. À noter que 56 % des français n’ont pas de connaissances précises sur la fabrication de l’homéopathie. Les français jugent que l’allopathie est plus rassurante (63 %), plus scientifique (86 %) et plus efficace pour traiter les maladies graves (90 %) que l’homéopathie, mais 63 % d’entre eux estiment que l’homéopathie est plus efficace pour traiter les maladies bénignes, et qu’elle est moins nocive (81 %). Les médecins sont eux systématiquement convaincus des bénéfices de l’allopathie sur l’homéopathie, qu’ils considèrent plus efficace contre les maladies bénignes (57 %).

À noter que 77 % des français et 83 % des médecins souhaiteraient que des sites internet officiels, labélisés par l’État, recensent ce qui est reconnu scientifiquement en termes de soins… et ce qui ne l’est pas.

image_printImprimer l'article