Une chaudière biomasse et un réseau de chaleur à la Polyclinique Francheville

Le chauffage, l’eau chaude sanitaire, la climatisation des blocs opératoires et la mise en température de la balnéothérapie de la Polyclinique Francheville (24) sont assurés, depuis octobre, par une chaudière biomasse et un réseau de chaleur.

Lorsque la municipalité a présenté le projet de construction d’une troisième chaudière de ce type sur la commune, à proximité de la polyclinique, celle-ci a d’emblée souhaité s’y raccorder. Condition sine qua non de la mise en route d’une telle installation, les calories produites doivent être consommées 365 jours par an. Les deux infrastructures répondant à ce critère sont une piscine municipale et la polyclinique qui, à elle seule, devrait consommer environ 27 % de l’énergie produite. Son ancienne chaufferie reste fonctionnelle, et peut être démarrée en secours à chaque instant. D’autres bâtiments sont aussi raccordés, notamment plusieurs lycées. Serge Besse, directeur des services technique et biomédical du Groupe Francheville, évalue l’économie annuelle potentielle à plus de 40 000 euros, sur une facture actuelle de 280 000 euros. Un choix d’autant plus judicieux que l’augmentation du prix du bois devrait être inférieure à celle du gaz. « Les économies d’énergies sont un axe majeur de notre démarche de développement durable », précise Pierre Malterre, directeur du groupe. Ainsi, le remplacement récent de deux groupes froids a permis une réduction de leur consommation de 25 %. Par ailleurs, les travaux de rénovation des établissements du groupe s’accompagnent systématiquement d’une optimisation de l’isolation et de l’installation de luminaires à déclenchement automatique.

Article rédigé par BVM Communication dans le “Fil Vert” de la FHP-MCO. 

image_printImprimer l'article

Étiquettes : ,