DASTRI : franc succès pour le Forum international 2019 sur les filières REP

La deuxième édition du forum international sur les Filières à Responsabilité Elargie des Producteurs (REP), organisée cette année par l’éco-organisme DASTRI*, partenaire du C2DS, les 2 et 3 juillet derniers à Paris, a rencontré un franc succès : plus de 250 inscrits et des participants et visiteurs de près de 30 pays.

Ce forum est le fruit d’une collaboration entre DASTRI et l’association australienne GlobalPSC, et est soutenu par un collectif d’éco-organismes français représentant l’ensemble des produits soumis à REP (meubles, emballages, piles, médicament…). Ce forum fait suite à celui initié l’an dernier en Australie.

Selon Laurence Bouret, déléguée générale de DASTRI « Pour alimenter la réflexion sur les politiques de REP en France, il est essentiel de confronter les pratiques et les données à une échelle internationale. L’approche multi produits et multi pays de cette série évènements (Sydney en 2018, Paris en 2019) leur confère un caractère exceptionnel. Il est en effet plus courant d’aborder ces sujets à l’aune d’un seul flux de produit. L’édition française a par ailleurs permis de réaliser un focus sur le lien entre santé et environnement, malheureusement trop souvent appréhendés séparément. Pour exemple, DASTRI travaille depuis quatre ans sur un schéma opérationnel de recyclage des DASRI issus de dispositifs médicaux innovants, associant perforants, cartes électroniques et piles. Des expérimentations sont par ailleurs en cours pour recycler le polypropylène des boîtes pour objets perforants et la norme Iso 23907, qui sera publiée avant la fin de l‘année, intègre une partie concernant la réutilisation de ces boites.

Le forum a été l’occasion de faire un tour du monde des REP, tous produits confondus. Les bonnes pratiques des cinq continents ont été balayées au travers des interventions des représentants notamment de ministères de l’Environnement étrangers (Israël, Chili, Canada…) mais aussi d’associations nationales à but non lucratif comme par exemple l’institut américain Product Stewardship Institute (PSI).

« L’objectif de l’édition parisienne était d’en faire un événement producteur. L’engagement des entreprises qui financent ces filières doit en effet être valorisé mais également accompagné dans un objectif de « positive business ». Les filières REP doivent permettre de créer de la valeur et des opportunités pour les entreprises. Pour illustrer ce sujet en santé, la start-up Health Beacon est venue présenter une « boite à aiguille » intelligente qui permet de mettre en relation les quantités de déchets produits par les patients ayant volontairement rejoint le programme et leur niveau d’observance. Ces données, transmises à un professionnel de santé, complètent l’information du médecin ou du pharmacien et contribuent à un meilleur accompagnement du patient. 

La deuxième journée du forum était consacrée à des sujets comme l’éco-conception des produits, le coût et la performance des filières REP et la nécessité d’avoir un cadre qui soit équitable pour l’ensemble des acteurs. Le sujet de la vente en ligne, où il est parfois difficile d’identifier le responsable du financement de la fin de vie du produit, a été largement évoqué. L’après-midi était consacré aux new comers, c’est-à-dire les pays qui commencent à mettre en place des filières REP, comme Le Chili, Israël ou l’Algérie et aux territoires insulaires et isolés, qui doivent faire face à des contraintes spécifiques.

La France est particulièrement observée par ses voisins au regard de son expérience dans ce domaine et de la diversité de produits soumis à la REP. La loi sur l’économie circulaire qui devrait être débattue au parlement à la rentrée, prévoit la création de quatre nouvelles filières.

« Mais nous apprenons également des expériences menées dans d’autres pays sur des sujets non explorés en France, comme la consigne par exemple, et serons très heureux de constituer à notre tour une délégation française au prochain Forum qui pourrait être accueilli l’année prochaine au Chili ». Le Forum doit en effet être accueilli chaque année sur un continent différent permettant ainsi d’explorer des sujets et des spécificités ancrés dans les territoires. 

Bravo à tous les acteurs des filières REP et en particulier à DASTRI pour cet engagement durable pour le recyclage et la valorisation des ressources.

*DASTRI met à disposition gratuitement des « boîtes à aiguilles » destinées aux patients en auto traitement dans l’ensemble des pharmacies d’officine et des pharmacies à usage intérieur des établissements de santé et se charge de leur collecte et élimination selon les réglementations environnementales spécifiques aux DASRI.

image_printImprimer l'article

Étiquettes :

Laissez un commentaire