La fresque du climat, un jeu en développement

chauffage-bois

Fondation JOHN BOST DE LA FORCE (24)

Dans la démarche RSE des entreprises, on parle souvent d’économie d’énergie, de vélo, de covoiturage, de gaspillage. Pour que les salariés soient capables d’engager cette transition à leur niveau, individuellement, tous les outils de sensibilisation et de formation sont bons à prendre. Comme la fresque du climat, adoptée par la Fondation John Bost de La Force (24).

« C’est un jeu sérieux, qui permet, grâce à une méthode d’animation très interactive, d’expliquer des processus assez complexes, comme celui du changement climatique » explique Elisabeth Stehly Touré, chargée de mission développement durable à la fondation.

Le jeu comporte une quarantaine de cartes à disposer les unes à côté des autres, par lien de cause à effet. « On part des activités humaines, puis on voit ce que cela donne en termes de consommation d’énergie, donc d’émissions de CO2, d’effet de serre et au final de hausse de la température. Avec toutes les cartes, on finit par créer un système complexe avec des interrelations et des interdépendances, les conséquences sur la santé humaine, l’alimentation, les réfugiés climatiques, etc. Cela aide les gens à se rendre compte de l’impact réel de leurs actes au quotidien, à prendre conscience des responsabilités de chacun, individuellement et collectivement. »

En étant proactifs dans la création de la fresque, les participants comprennent et mémorisent beaucoup plus efficacement qu’en lisant des informations dans les médias. Ils sont ensuite plus motivés pour se demander ce qu’ils peuvent faire concrètement pour agir chacun dans leur vie de tous les jours, ou collectivement dans un cadre institutionnel ou au travail. Pour vivre une fresque du climat, il suffit de s’inscrire à un événement et d’y participer. Il y en a beaucoup dans les territoires, portés par des réseaux associatifs, d’autres sont accessibles sur internet, portés par l’association Fresque du climat. Et une fois que l’on a participé à une fresque, on peut se former à l’animation et en animer une à son tour avec d’autres personnes, dans son cercle personnel, familial, associatif, ou dans le cadre du travail, et créer une interdépendance… vertueuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.