Portes ouvertes aux médecines complémentaires à la Clinique de l’Etang de L’Olivier

Le 26 mars 2019, la clinique de l’Etang de l’Olivier (13) proposait une première journée « portes ouvertes » dédiée aux médecines complémentaires. Un événement imaginé par le Dr Francine Riche, médecin anesthésiste-réanimateur et présidente du CLUD (Comité de lutte contre la douleur), orchestré par Mme Annelyse Pinatel, directrice des soins… et relayé sur Facebook.

Tout commence début 2017, lorsque Mme Pinatel propose que soit installé à l’entrée du bloc opératoire un « sas zen », avec aquarium, dalles de plafond sur le thème de la mer, musique douce, luminothérapie et diffusion d’huiles essentielles. Cette zone d’attente est notamment utilisée pour la prise en charge des enfants lors de leur arrivée au bloc. Une réussite, qui donne envie à l’établissement d’aller plus loin dans la prise en charge non médicamenteuse de l’anxiété et de la douleur. L’hypnose pourrait d’ailleurs s’inviter bientôt au bloc et en salle de réveil, grâce au Dr Riche et à une aide-soignante, toutes deux praticiennes certifiées. La sophrologie est, quant à elle, déjà pratiquée par une autre aide-soignante qui termine sa formation. C’est aux collègues – et avec l’aval de la direction – qu’elle offre bénévolement ses services. Le bien-être du patient, la QVT, deux préoccupations de la clinique qui empruntent un même chemin : les médecines complémentaires.

Puisqu’un Français sur quatre à recours aux médecines complémentaires, et puisqu’il ne s’agit en aucun cas de concurrencer l’allopathie mais bien de proposer des thérapeutiques complémentaires, l’établissement a donc ouvert ses portes à ces nouvelles pratiques : shiatsu, aromathérapie, sophrologie, ostéopathie, réflexologie… Dix praticiens de la région, rigoureusement sélectionnés, sont donc venus ce 26 mars présenter leurs techniques. C’est lors d’un CLUD exceptionnel qu’ont été vérifiées la qualité de leur formation et la rigueur de leur exercice. Pour aider les 80 visiteurs à s’y retrouver lors de ce forum, Mme Pinatel avait préparé une « marguerite des couleurs ». Ils pouvaient ainsi vérifier si ces techniques, classées selon leurs spécificités, correspondaient à leurs attentes (par exemple : font-elles appel au toucher ?). L’établissement avait mis à disposition des praticiens quatre petits cabinets pour recevoir gratuitement les patients, opportunité saisie par un tiers d’entre eux. La diététicienne de la clinique, également formée en sophrologie, a pour sa part proposé un atelier de « dégustation en pleine conscience » déjà mis en place lors de la semaine du goût.

Le bilan de cet événement est sans appel pour Mme Pinatel qui évoque avec enthousiasme « une journée riche en rencontres, apprentissages et ateliers pratiques, et une belle avancée pour la clinique de l’Étang de l’Olivier. »

image_printImprimer l'article