Pour la mise en oeuvre de la médecine intégrative en établissements sanitaires et médico-sociaux

En novembre 2016, le C2DS a décidé d’aborder un nouveau thème en lien avec le développement durable et le soin : l’intégration des médecines dites non conventionnelles aussi appelées médecines alternatives et complémentaires, thérapies complémentaires, interventions non médicamenteuses, etc. dans les services des établissements sanitaires et médico-sociaux, sans surcoût pour le patient. En effet, depuis de nombreuses années, les professionnels de santé qui utilisent certaines de ces techniques en complément des pratiques allopathiques observent des bénéfices sur les 3 piliers du développement durable : bénéfices humains pour les patients, les résidents et les soignants mais aussi des bénéfices environnementaux et économiques.

L’intégration du meilleur des pratiques complémentaires et du meilleur de la médecine conventionnelle définit la notion de médecine intégrative qui considère l’être vivant dans toutes ses dimensions, intègre le patient au cœur des soins et associe un ensemble de méthodes thérapeutiques conventionnelles et complémentaires, médicamenteuses et non médicamenteuses pour maintenir ou rétablir la santé.

Cette approche est en lien avec l’éco-conception des soins que nous prônons depuis de nombreuses années.

2016/2017 : exploration des pratiques des établissements

Pendant deux ans, le C2DS a observé les initiatives de terrain pour comprendre quelles thérapies complémentaires étaient utilisées dans quels services et pour quelles indications. Il s’agissait aussi de voir quels bénéfices étaient observés, quelles formations avaient suivi les professionnels et quels étaient les freins et les leviers. Ce travail a aussi permis d’identifier des parties prenantes clés.

Cette exploration s’est déroulée via des recherches sur internet, la lecture d’articles et d’ouvrages, la participation à des congrès, des échanges informels et des interviews détaillés de diverses parties prenantes parmi lesquels de nombreux  médecins, infirmier.es et autres acteurs de soin.

De ce travail a découlé :

  • l’organisation de journées thématiques
  • la création d’une plateforme d’information et de partage d’expériences
  • l’organisation de voyages d’études
  • création d’un groupe de travail

Voir l’article

Journées thématiques

Quatre journées thématiques ont été organisées par le C2DS. Les comptes rendus de ces journées sont à télécharger en cliquant sur les vignettes ci-dessous.

En 2016…


la première édition dressait un état des lieux des pratiques.
En 2017…


la seconde édition proposait un aperçu des parties prenantes et du cadre réglementaire en matière de formation et une présentation de la structuration de l’activité était proposée.
En 2018…


la troisième édition a permis de débattre d’évaluation du service rendu et d’efficience médicale, budgétaire, organisationnelle, humaine et environnementale.
En 2019…


la quatrième édition a tissé le lien étroit entre médecine intégrative et humanisme médical.

Visionnez les interventions de la journée thématique de 2017 sur le cadre réglementaire des formations suivantes :

La formation en ostéopathie.


La formation en acupuncture.


La formation aux thérapies non médicamenteuses.

La formation à l’hypnose.


Plateforme d’information et de partage d’expériences

Le C2DS a créé une plateforme web proposant une cartographie d’établissements français intégrant des techniques de médecine non conventionnelle dans leurs services et des retours d’expérience associés.

Sur cette plateforme, le C2DS propose deux types d’informations :

  • des vidéos et articles publiés sur internet rendus accessible à tous par type de pratique, par service et par zone géographique
  • des comptes rendus détaillés d’interviews réservés aux adhérents

Cette cartographie n’a pas vocation à être exhaustive mais à proposer des exemples inspirants portés par des professionnels de santé responsables et vigilants à l’égard de la santé et de la sécurité des patients.

Voyages d’études

En 2019, deux voyages d’études ont complété ces travaux :

  • en janvier à Berlin, 25 participants français engagés pour une médecine intégrative ont visité l’hôpital Immanuel Albertinen Diakonie, centre de référence concernant l’utilisation des médecines intégratives, rattaché à l’hôpital universitaire de La Charité et l’hôpital Havelhöhe. Consultez la vidéo en cliquant sur la vignette ci-dessous.
  • en octobre à Levallois (92), c’est un groupe d’une trentaine de participants qui a visité l’Institut Rafaël, maison de l’après cancer et centre de médecine intégrative. Consultez le site internet de l’Institut.

L’impulsion d’une dynamique nationale

Dans la continuité de son étude sur la mise en œuvre de la médecine intégrative dans les établissements sanitaires et médico-sociaux, le C2DS a impulsé une dynamique inter-associative* sur la coopération entre médecines qui réunit professionnels de santé, universitaires et chercheurs en interventions non médicamenteuses.

En mars 2019, ce groupe de travail a interpellé les autorités publiques françaises et européennes pour les inviter à clarifier le champ des thérapies complémentaires, à accroître leur évaluation et la recherche associée, et à favoriser leur enseignement : c’est « l’Appel de Montpellier » .

Il a ensuite signé « l’Engagement de Berlin », déclinaison française du Berlin Agreement de mai 2017 déjà signé par plusieurs organisations internationales.

De cette déclinaison française est née une campagne thématique du C2DS dont l’objectif est de mettre à la portée de tous les neuf engagements sur la responsabilité des professionnels de santé dans la pratique et la promotion de la médecine intégrative.

Création d’un groupe de travail

En 2020, un groupe de travail animé par le C2DS sera constitué pour la création d’un livret dont l’objectif est d’expliquer opérationnellement comment initier une démarche de médecine intégrative au sein des établissements sanitaires et médico-sociaux et comment la valoriser dans le cadre de la démarche qualité. S’en suivra un appel à participation auprès des adhérents pour la constitution d’un comité de relecture.

*Constitué de 5 organisations : la Plateforme universitaire Collaborative d’Évaluation des programmes de Prévention santé et de Soins de support (CEPS) de l’Université de Montpellier ; le Comité pour le développement durable en santé (C2DS) ; le Collège Universitaire de Médecines Intégratives et Complémentaires (C.U.M.I.C.) ; le Groupe d’Évaluation des Thérapies Complémentaires Personnalisées (GETCOP) ; l’Observatoire des Médecines Non Conventionnelles (OMNC).

image_printImprimer l'article

Laissez un commentaire