Take a waste

Que propose Take a waste aux établissements de santé et médico-sociaux ?

Take a waste permet aux établissements de santé et médico-sociaux d’externaliser leur gestion des déchets, tout en respectant la législation et en réalisant des économies. Notre service répond en effet à plusieurs objectifs : s’assurer que l’établissement est bien conforme avec la réglementation en vigueur, optimiser les circuits existants afin d’identifier des économies potentielles, réduire les déchets à la source, créer de nouvelles filières de tri et former les personnels au tri et à la réduction des déchets.

Aujourd’hui, pour respecter la réglementation, les « 5 flux », c’est-à-dire les déchets composés de papier-carton, plastique, métal, bois et verre, doivent être triés à la source. S’ajoutent les biodéchets pour les établissements qui en produisent plus de 10 tonnes par an. Nous aidons les entreprises à comprendre cette réglementation et à trouver des solutions : des audits sur site permettent de cartographier les filières en place et surtout de proposer des prestataires locaux, à des prix justes. L’ajustement des fréquences ou du matériel de collecte, un changement de prestataire ou la renégociation des contrats en cours, le recours plus systématique aux filières REP, etc., sont autant de leviers qui permettent de réaliser des économies qui pourront financer la mise en place de nouvelles filières de tri. En moyenne, le diagnostic initial met en évidence des économies de l’ordre de 15 % sur les prestations actuelles de collecte des déchets.

Comment est organisé le suivi ?

A l’issue du diagnostic initial, Take a waste fonctionne comme un mandataire de gestion, pour mettre en place le tri et les actions de réductions de déchets, tout en assurant une traçabilité sur les performances de tri et les coûts de gestion des déchets. Un forfait mensuel permet ainsi à l’établissement d’accéder à la « conciergerie » de Take a waste, qui comme son nom l’indique, prend en charge un certain nombre de choses : collecte des déchets bien sûr, récurrents ou ponctuels, mais également le suivi mensuel des flux collectés, des attestations de recyclage, des anomalies opérationnelles ou de facturation, etc. Ceci permet à l’établissement d’économiser du temps de travail sur site et d’avoir la certitude que sa gestion des déchets « va dans le bon sens » : les DASRI sont-ils à la baisse à la suite d’une action de sensibilisation ou d’un changement de matériel ? La filière biodéchets fonctionne-t-elle comme elle devrait ? Une collecte mutualisée du matériel médical en fin de vie peut-elle être organisée avec des prestataires de proximité ? etc. De ce point de vue, la connaissance des territoires, qui va permettre de mutualiser les bonnes pratiques et les filières de tri pour un ensemble d’établissements, est primordiale.

Comment faire pour embarquer les équipes ?

Faire de la pédagogie auprès des agents des établissements va de pair avec notre travail de gestion des déchets. Dans le cadre de notre accompagnement, à l’issue du diagnostic, nous mettons en place dans un premier temps une nouvelle signalétique afin de bien identifier dans quelles poubelles vont les déchets. Ensuite, nous proposons des modules de formation sur site ou à distance pour former les équipes aux bons gestes de tri ou partager des bonnes pratiques de réduction des déchets. L’objectif est de proposer des formats numériques courts de 5 à 10 min, qui peuvent atteindre un grand nombre de personnes en même temps et qui véhiculent les messages clés : « dans les DASRI, on ne met pas les médicaments non utilisés. Le site s’est engagé sur une réduction des bouteilles en plastique, nous vous invitons à utiliser les carafes en verre, etc. » La gestion des déchets est avant tout une affaire d’équipe.

image_printEnregistrer l`article en PDF

Étiquettes :