À l’envolée des prix, des solutions

Comment continuer à délivrer des soins de qualité dans un contexte inflationniste ? 10 établissements, parmi d’autres, indiquent le chemin des économies à réaliser.


Le CH de Carcassonne (11) a investi 6 millions d’euros dans une centrale d’énergie pour une recette estimée à 90 000 euros par an. Les ombrières installées dégagent une économie de 60 000 euros par an et leur location rapporte 30 000 euros.

Entre 2010 et 2018, la Fondation Edith Seltzer à Briançon (05) a diminué de 35 % sa consommation totale d’énergie et l’a fortement décarbonée. Alors que la surface des bâtiments a augmenté de 25 %, le coût d’électricité est inférieur à celui de 2010.

À la Résidence Le Charnivet à Saint Privat (07), l’eau chaude solaire provient depuis 2021 des 250 m2 de panneaux photovoltaïques à 100 % durant l’été.

L’Institut Arnault Tzanck (06) a mesuré la consommation du traitement d’air qui tourne 24 h/24 et 7 j/7 dans trois salles du bloc opératoire : réduction de 40 à 30 % de la puissance de la ventilation et du froid qui peut être réactivée par simple pression en cas d’urgence. Économie moyenne annuelle de 25 %, soit 135 000 Kilowatts ou 18 000 euros. Les investissements sont rentabilisés en deux ans.
La
Polyclinique Saint Privat à Boujan sur-Libron (34) a installé en 2021 2 200 panneaux photovoltaïques sur 4 200 m2 de parking : 25 % d’économie d’énergie sur l’année.

La Maison de Santé Marie Galène à Bordeaux (33) a sélectionné sur le long terme un fournisseur d’électricité 100 % verte et à un prix compétitif et un autre qui fournit en biogaz 5 à 7 % des besoins en gaz.

La Polyclinique de Francheville à Périgueux (24) estime l’économie annuelle à 40 000 euros grâce au réseau chaleur de la ville. Le remplacement de deux groupes froid a permis une réduction de 25 % de la consommation.

L’hôpital Privé du Confluent à Nantes (44) s’est raccordé au réseau de chaleur urbain en 2020 : 84 % des besoins énergétiques pour le chauffage sont issus de sources d’énergies renouvelables, 1 660 tonnes de CO2 sont économisées par an.

En intégrant des nouveaux bâtiments éco-construits, la Polyclinique St Roch à Montpellier (34) a réduit de 35 % sa consommation d’eau et 31 % d’électricité. La Clinique Clémentville appartenant au même groupe, restée dans ses locaux de 1912, a réduit de 29 % sa consommation d’électricité en 6 ans grâce au changement des pratiques.

Le CHU de Clermont-Ferrand a investi 310 000 euros en 2021 dans l’achat de 90 lampadaires solaires 100 % autonomes et compte ne plus avoir de factures d’éclairage extérieur à payer.

L’hôpital Maurice Fenaille à Séverac le Château (12) a économisé 80 000 litres de fuel sur les 100 000 litres consommés annuellement en installant un système de pompe à chaleur.