L’appel de Montpellier

Par ordre alphabétique, le Centre de Recherche en Épidémiologie et Santé des Populations INSERM U1018 (CESP), le Collège Universitaire des Médecines Intégratives et Complémentaires (CUMIC), le Comité pour le Développement Durable en Santé (C2DS), le Groupe d’Évaluation des Thérapies Complémentaires Personnalisées (GETCOP), l’Observatoire des Médecines non conventionnelles (OMNC) et la Plateforme universitaire Collaborative d’Évaluation des Programmes de prévention santé et des Soins de support (Plateforme CEPS) lancent un appel aux autorités publiques françaises et européennes afin (1) de clarifier les indications, les définitions, les contenus, les pratiques, les formations initiales et les formations continues en médecine intégrative et en intervention non médicamenteuse (INM), (2) de faciliter et développer la recherche, l’évaluation et la surveillance des bénéfices, des risques, des coûts-efficacité et de la pertinence des INM à visée préventive ou thérapeutique, (3) d’impliquer les patients et les professionnels dans l’évaluation et la surveillance des pratiques et des praticiens, (4) de sensibiliser les médecins à ces méthodes, (5) de différencier explicitement ces méthodes des pratiques occupationnelles et des médecines parallèles (alternatives, sectaires, FakeMedicines…), (6) de faciliter l’intégration des INM pertinentes dans les parcours individuels de santé, (7) d’améliorer l’accès à une information claire et transparente sur les pratiques et les praticiens,(8) de structurer réglementairement et économiquement ce secteur, (9) de demander aux professionnels des INM de s’engager à ne pas retarder ou interférer avec un diagnostic médical, et (10) de créer un organisme national ou européen spécialisé dans ce secteur. Cet appel a été lancé le 28 mars 2019 lors du 7ième congrès iCEPS à Montpellier (France), il est téléchargeable ci-dessous :
Appel de Montpellier, 28 mars 2019

image_printImprimer l'article